RECTAFLEX, La Reflex Magica
RECTAFLEX, La Reflex Magica

Histoire du Rectaflex

Le Rectaflex est un des tous premiers appareils reflex modernes produit sous l'impulsion de Telemaco Corsi à Rome. Mr Corsi, avocat de la société Cisa Viscosa, était un passionné de photographie. Il achète donc à Mr Assenza, les droits sur son prototype d'appareil 35mm en bois et persuade les dirigeants de la Cisa Viscosa de produire l'appareil.

Le premier prototype, le 947, est connu sous la forme d'un appareil assez marqué par le temps mais c'est une pièce unique. C'est un appareil dérivé du prototype de Mr Assenza, peut être partiellement modifié et baptisé Rectaflex, nom choisi par Telemaco Corsi. Cet exemplaire est présenté en 1947 à la foire de Milan.

L'appareil reçoit un accueil favorable malgré quelques imperfections et Telemaco Corsi enregistre les premières commandes,tout en gardant à l'esprit les points à améliorer.

En 1948, toujours pour la foire de Milan, Telemaco Corsi dispose d'un appareil de présérie dénommé "Standard 947". Ce nouveau boîtier est déjà très proche de ce que sera la lignée des Rectaflex de production est reconnaissable par l'absence de bouton de rembobinage.

Après la présérie de Standard 947,  une deuxième série est produite. Ces appareils, un temps réputés atteindre le 1/1000ème de seconde ne seront visiblement pas assez fiable. D'après Mr Marco Antonetto, auteur du livre de référence, il est plausible que beaucoup de ces boîtiers ont été transformés en Junior, limité à 1/500 ème. D'autres seront remis à jour postérieurement avec des pièces récentes comme le témoigne mon Standard 947. A noter que cet appareil présente une caractéristique qui permet d'authentifier un tel exemplaire: le capot du pentaprisme est plus haut que celui des séries ultérieures, ce qui identifie avec certitude ce modèle.

 

 

 

Vue de détail du prisme: la gravure

MOD STANDARD 947

est spécifique de cette série. On remarque aussi le sélecteur de vitesses de l'obturateur qui est une version plus récente, indiquant donc que l'appareil a été modernisé.

 

 

 

 

 

Après avoir défini la base de l'appareil, de nombreuses améliorations successives seront apportées. Telemaco Corsi modifiera constamment son appareil, ce qui ne sera pas sans poser des problèmes industriels avec des séries produites en très petites quantités, obligeant même quelquefois à modifier des appareils déjà montés.

 

 

 

Son Rectaflex sera diffusé en Europe, et particulièrement en France sous l'impulsion de son importateur Telos, mais aussi aux USA, en Amérique du Sud, en Afrique et même en Australie et en Nouvelle Zelande.

En France, l'importateur Telos, qui avait déjà en charge la marque prestigieuse Rolleiflex, fera un travail efficace car on trouve de nombreux boîtiers portant son nom sous le carter d'obturateur. En effet, Rectaflex personnalisait cette pièce en fonction de la destination de ses appareils.

Les boîtiers pour les USA portaient aussi des numéros de brevets que l'on ne trouve pas sur d'autres.

Vient ensuite la série 25000 qui sera la plus grosse produite jusqu'à la fin avec environ 7000 appareils fabriqués.Le système Rectaflex est complété par une gamme d'optiques en général de grande qualité (Angénieux, Schneider, Kilfitt, Berthiot, Officine Galileo..... ) et par un certain nombre d'accessoires tels que bagues allonge, adaptateurs microscope....

La renomée du Rectaflex est telle que certains appareils sont plaqués or et offerts à des personnalités telles que le pape Pie XII, Eisenhower ou Churchill.

Publicité dans un magazine français.

A la fin, deux séries d'appareils, dessinés par Mr Ferrari (sans rapport avec la Scuderia) après l'éviction de Telemaco Corsi et numérotés à partir de 40.000 présenteront un capot de prisme différent. Ces appareils, fabriqués au Liechtenstein ne permettront pas de relancer l'activité.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Gilles Delahaye